Article

Comment réduire les risques de chronicité et les coûts liés à l’invalidité

Les accidents de travail et les maladies professionnelles coûtent cher aux employés, aux employeurs et à notre économie, surtout lorsqu’ils se transforment en incapacités chroniques. Tous les experts s’entendent pour dire que la prévention est fondamentale afin de prévenir l’absentéisme. Mais une fois qu’un travailleur se trouve sur la pente de l’invalidité, comment favoriser un retour au travail réussi et réduire les risques de récidive ou de chronicité?

Les coûts de l’invalidité : une pression constante pour les employeurs et une souffrance pour les employés

L’Organisation Internationale du Travail définit la gestion de l’invalidité comme étant une méthode active visant à minimiser l’effet d’une déficience (consécutive à un accident ou à une maladie) sur l’aptitude de la personne à participer à la vie active. À l’heure où les congés d’invalidité de courte et de longue durée font bondir les coûts de l’absentéisme, la gestion de l’absentéisme retient l’attention partout dans le monde.

Une étude réalisée en 2016 révèle que 59% des employés canadiens souffrent d’une maladie chronique telle que l’hypertension artérielle, le diabète ou la dépression1. Mais les cas d’incapacité chronique liés à un accident de travail sont peu nombreux selon la CSST. Ils sont toutefois coûteux, puisque 4% des travailleurs qui effectuent des demandes d’indemnisation auprès de la CSST représentent 73% des dépenses, qui s’élèvent à 1,6 milliard $ par année en compensation. Pour les entreprises, les coûts liés à l’absentéisme représentent environ 2,4% de leur masse salariale brute annuelle. Si ce taux vous semble faible, sachez que le coût direct pour l’économie canadienne est estimé à 16,6 milliards de dollars par année.2

Les employeurs subissent une pression accrue pour limiter la hausse des coûts liés à l’absentéisme et les pertes de productivité qui en découlent. Investir dans des pratiques de prévention, des programmes de santé et mieux être et un bon système de gestion de l’invalidité est devenu essentiel pour la plupart des organisations. Parce que l’absentéisme est plus qu’une simple question de ressources humaines : c’est un enjeu destructeur de productivité dans les milieux de travail. Évidemment, les pertes financières ne sont rien en comparaison des drames humains vécus par les employés touchés : perte d’identité, vie familiale brisée, douleur physique, dépression, etc. 

La solution à cet enjeu semble plutôt simple : déceler le malaise et agir en temps opportun relève du gros bon sens. Mais parvenir à déployer une intervention efficace et collaborative n’est pas si facile.  

La rapidité comme facteur de succès

Saviez-vous qu’après 12 semaines d’absence liée à une blessure au dos, la probabilité d’un retour au travail réussi chute à moins de 60 %3? En matière de chronicité, le facteur temps joue un rôle primordial. D’autant plus que selon le Conference Board du Canada, près du quart des employés absents du travail pour des raisons de santé ont eu de la difficulté à obtenir le bon traitement médical lorsqu’ils ont commencé à éprouver des problèmes. Il leur était notamment difficile d’avoir des rendez-vous en temps opportun avec leur médecin de famille ou un spécialiste, ou encore, d’avoir accès aux médicaments appropriés4.

L’expertise médicale indépendante, en complément à une gestion appropriée du dossier d’invalidité, peut contribuer à réduire le risque d’absence prolongée. La détection rapide des travailleurs susceptibles de développer une chronicité favorise une intervention adéquate et optimale.

Faire appel à des équipes médicales multidisciplinaires tôt dans le processus d’invalidité est donc crucial. L’expertise indépendante permet de prévenir l’aggravation des limitations de l’employé, augmente la probabilité qu’il retourne au travail et évite que sa santé globale ne se détériore.

Grâce à leurs compétences médico-légales et à leur impartialité, les médecins qui procèdent à l’expertise médicale indépendante présentent une évaluation objective de la condition de l’employé. En corroborant ou en complétant les recommandations du médecin traitant, ils posent un diagnostic, recommandent des traitements appropriés, évaluent l’atteinte à l’intégrité physique ou psychologique de l’employé et suggèrent une date de reprise des activités.

Évaluer la santé globale pour réduire les risques de chronicité

Toujours selon le Conference Board du Canada, les employés en invalidité pour des raisons de santé mentale s’absentent plus longtemps que ceux qui présentent des problèmes de santé physique. C’est sans parler des facteurs psychosociaux ayant une incidence sur le risque de chronicité, comme le sentiment de culpabilité lié à l’inactivité. L’incapacité chronique peut également survenir lorsqu’un travailleur n’est pas en mesure de reprendre son emploi ou d’occuper un emploi équivalent ou un emploi qu’il juge satisfaisant.

L’expertise médicale permet de déceler la combinaison de ces troubles. Elle augmente donc les chances que l’employé reprenne une vie normale en suivant un plan de réadaptation personnalisé. Devant une situation complexe, il devient important de favoriser le travail d’équipe, de transmettre l’information efficacement et de rassembler les bonnes personnes, au bon endroit, au bon moment, pour agir en soutien au travailleur. Cette concertation accélère la prise de décision et favorise l’action la plus efficace.

En déployant des pratiques efficaces de gestion de l’invalidité, les entreprises ont un impact doublement positif. Elles servent les intérêts de l’employeur en favorisant la stabilité du capital humain, tout en servant les intérêts de l’employé qui obtient un soutien médical approprié et maintient son revenu d’emploi.

Nous ne le répéterons jamais assez : la clé se trouve dans une prise en charge efficace et rapide qui passe notamment par une expertise médicale indépendante.  

RÉFÉRENCES

1 Sondage Sanofi Canada sur les soins de santé
2 L’incapacité chronique : retour au travail
3  Prévenir l’incapacité prolongée chez votre patient souffrant de mal de dos
4 Gérer l’invalidité. Employeurs, êtes-vous prêts?

Partager cette publication :

Share on email
Share on linkedin

Ne manquez rien !

Abonnez-vous à nos envois pour recevoir toutes nos actualités en primeur.
BUREAU DE POINTE-CLAIRE

225, Boulevard Hymus
Bureau 5
Pointe-Claire (Québec) H9R 1G4
514.630.9200
Sans frais: 1.800.684.8200

BUREAU DU CENTRE-VILLE

625, Avenue du Président Kennedy
Bureau 1100
Montréal (Québec) H3A 1K2
Sans frais: 1.800.684.8200
Télécopieur: 514.499.8004

BUREAU DE QUÉBEC

990, route de l’Église Local
Local 401
Québec (Québec) G1V 3V5
Sans frais: 1.800.684.8200
Télécopieur: 514.499.8004

© 2021 Groupe Santé Ducore
var _ctct_m = "4bf59b8262b5adc8085ec71420c1252a";